EG-2018-11-05

De Bulle
Aller à : navigation, rechercher

Ébullition Générale du lundi 05 novembre 2018.

Précédente EG-2018-10-08 - Suivante EG-2018-12-03.

Ordre du jour

  • Brainstorming et répartition des rôles
  • Retour élection sans candidats
  • Retour règlement intérieur
  • Retour rencontre monnaies locales à Toulouse
  • Retour cercle fabrication/impression
  • Lancement monnaie groupe animation
  • Groupe prospection
  • Prestataires
  • Qui garde la Bulle
  • Groupe communication
  • Qui organise la suivante EG
  • Apéro

Déroulé de l'EG

Accueil des nouveaux

Bienvenue à : Hélène, Marie-Jo, Frédéric, Tiphaine.

Membres présents (13)

Mikaël, Mathieu, Frédéric, Tiphaine, Phanmaly, Marie-Dominique, Sylvain, Hélène, Marie-Jo, Véronique, Georges, Lionel, Françoise.

Gestion de la réunion

  • Distribution de la parole : Marie-Jo
  • Gestion du temps : Phanmaly
  • Compte-rendu : Françoise

Retour élection sans candidat

On pratique la sociocratie pour tomber sur un consentement général.

Le vote sans candidat sert à élire des personnes qui ne sont pas forcément candidates.

Les mandats sont de un an :

  • Ambassadeurs : ils représentent l'association auprès du public, des décideurs, etc...
  • Intendants : gestion de la demande des subventions, volet des finances, liens avec les ressources humaines...
  • Régisseurs : évaluer, suivre, coordonner les cercles, les partenaires, gestion des fichiers adhésions.

Les mandats

AMBASSADEURS :

  • Phanmaly
  • Véronique
  • Clément : décline cette mission, remettre le vote au consentement.

INTENDANTS :

  • Olivier
  • Mickaël
  • Sylvain : décline ce mandat car ne sera plus en Charente courant 2019, remettre le vote au consentement.

RÉGISSEURS :

  • Georges
  • Françoise
  • Cyril

Le point sur le règlement intérieur

  • Adhésion : un montant libre est demandé (pour les particuliers). Il fait partie des ressources de l'association. Question de Mickaël : Peut-on se permettre d'avoir une adhésion à vie ? Peut-on être adhérent·e toute sa vie et avoir une carte permanente ? Cela semble presque évident pour certain, le but étant de faire circuler la monnaie locale. Mais comment savoir si on est toujours actif, sans fliquer ? Peut-être lors d'échange des euros en bulle en montrant sa carte d'adhérent ? Qu'est-ce qui nous oblige à prendre une adhésion annuelle ? On a le droit d'être inventif et de s'inspirer de ce que font les autres. On peut aussi proposer que toute personne qui n'aura pas utilisé depuis 12 mois, 18 mois (à définir) perd sa qualité d'adhérent. Les comptoirs d'échange peuvent faire des pré-adhésions (avec un bulletin d'adhésion en ligne en précisant le nom, l'adresse, le montant versé pour l'adhésion). Le commerçant peut lui vendre des bulles et l'association reprend la main en établissant la carte d'adhésion...
Mettre cette question au débat à la prochaine EG.
  • Comment passer la main aux nouveaux qui souhaitent prendre des fonctions dans l'association ? Les accueillir avec des outils. Si quelqu'un manifeste un intérêt il faut qu'un "ancien" reste en lien avec lui. Il est aussi indispensable de mettre à jour toutes les infos sur le wiki pour que chacun puisse y trouver toutes les informations.

Restitution de la Rencontre régionale des MLCC Grand-Sud-Ouest du 14/10/2018 à Toulouse (Mickaël)

Aujourd'hui, en France, 59 monnaies locales ont été déclarées. Pour les premières en 2010, mais le mouvement continu. Le nombre de prestataires varie entre 1 et 550 et le nombre d'utilisateurs va de 30 à 2700. Les unités de monnaie en circulation varient entre 2500 et 370 000.

Nous pourrions croire que l'activité d'une ML dépend avant tout de l'activité du territoire dans lequel elle s'inscrit, mais finalement, il s'avère que c'est une fausse idée qu'il faut essayer d'écarter.

Par exemple la monnaie locale initié à Montreuil puis à Paris « la Pêche » qui est beaucoup moins active qu'une autre monnaie dans une localité moins remplie que notre capitale. La "Pêche" a déclaré avoir 250 utilisateurs. Ce qui est relativement peu au regard de la population locale. Mais c'est tout de même un apport en faveur du développement des monnaies complémentaires.

Comparaison des différentes monnaies et leur fonctionnement :

Les valeurs :

Même si le socle en est commun il n'y a pas d’homogénéité au niveau des valeurs portées par les associations. Cependant la plupart ont choisi de mettre en pratique une forme d'éthique populaire.

Certaine monnaie, comme "l'Abeille" de Villeneuve-sur-Lot, ont même refusé de porter des valeurs. Pour les Abeilles, ne pas porter de valeur c'est accepter les valeurs de tout le monde.

D'autre ont choisi de porter si loin leurs valeurs qu'ils ont étaient jusqu'à refonder leur principe de gouvernance sur ces valeurs. Par exemple "le Souriant", qui est une monnaie locale qui n'est pas encore aboutie, a adopté les principes de la sociocratie et de la gouvernance horizontale, ou encore "Le Soudaqui", dans les Pyrénées Orientales, qui pratique une gouvernance collégiale en rapport aux valeurs qu'ils portent.

Mais en règle générale il y a des valeurs communes à toute les monnaies comme :

  • la solidarité
  • l'économie circulaire
  • l'appropriation citoyenne du système économique qui sont des valeurs transversales à quasiment toutes les monnaies.

Nous pouvons aussi voir transparaître des engagements plus poussés comme l'anti-libéralisme, l'anti-capitalisme. Ces exemples de monnaies locales nous montrent que les valeurs ne sont pas portées uniquement dans la charte, mais aussi dans le fonctionnement global de l'association porteuse.

Les adhérents :

Il y a deux types d'adhérents, les utilisateurs de la monnaie et les professionnels. Suivant les monnaies les termes peuvent changer. On parle parfois de partenaire, de prestataire voir de prest'acteur.

Le nombre d'adhérents n'est pas significatif du dynamisme de la monnaie. En effet, il y a toujours une partie des utilisateurs inactifs et il faut donc prendre soin de distinguer les utilisateurs actifs des inactifs. Le dynamisme de la monnaie dépendra plutôt de l'implication individuel des adhérents dans la démarche.

« L'acqui », dans le Périgord, nous confit que sur leurs 230 utilisateurs, seulement 1/3 sont actifs, et sur leurs 70 prestataires, seulement 20 manipulent la monnaie.

« Le Sol Violette » de Toulouse ne cachent pas qu'une majeure partie de leurs utilisateurs actifs sont des « bobos » (je rappelle que bobo signifie Bourgeois-bohème, donc des personnes qui adoptent des principes de vie marginaux tout en jouissant d'un environnement social confortable), ce qui donne une image particulière à la monnaie. Il faut faire attention de bien faire circuler la monnaie dans toutes les classes sociales pour éviter que les non-utilisateurs assimilent la monnaie à une caste, ce qui soustrait à la monnaie son potentiel citoyen.

La circulation de la monnaie :

Les points de circulation de la monnaie sont une des conditions de sa réussite. Les premiers points de circulation de la monnaie sont les commerçants et plus principalement les commerçants alimentaires. Les producteurs locaux doivent être les premiers partenaires de la monnaie.

Il est aussi possible de travailler avec les institutions ou les associations pour qu'ils puissent se saisir de la monnaie et donc contribuer à son élargissement social. Par exemple, aux CCAS qui peuvent distribuer de la monnaie locale à la place des « bons repas ». Les restos du cœur, ou d'autres associations caritatives seront aussi des partenaires de choix dans cette perspective.

« L'ostrea », dans le val de l'Eyre, circule très bien dans le domaine du tourisme, et plus précisément dans certains parcs naturels ou dans les gîtes d’accueil. Le tourisme est souvent une ressource majeure des territoires car il génère de l'attractivité autour de certaines fiertés locales. Monuments historiques, Espaces culturels, Coutumes et traditions, Parcs naturels, faune et flore etc...

Il va de soit qu'une économie qui se revendique locale ne peut pas se permettre de ne pas travailler avec les différentes formes de tourisme que sa localité peut abriter.

Les événements, comme les festivals, les forums d'associations, les marchés, sont des endroits ou on peut facilement trouver une bonne réceptivité de la part du public. Il ne faut donc pas les négliger et y être présents au maximum. Pour que la monnaie circule, il faut la rendre visible, de manière à dissiper les craintes et à gagner la confiance de l'opinion publique.

À Montpellier, « la Graine » a augmenté son nombre d'utilisateurs de moitié en seulement une journée de présence sur le festival « Altérnativa. »

Le lancement :

Le lancement est une phase assez rude pour les porteurs du projet, car rien ne va jamais comme prévu. Certaines monnaies ont connu une forte abondance d'adhésion lors du lancement qui s'est vite essoufflée la deuxième année. À l'inverse d'autres ont mis plusieurs mois avant de commencer à faire parler d'elle et les adhésions se font crescendo.

« L'ostréa » a souhaité lancer sa monnaie sur 19 communes simultanément. Mais ils savent maintenant que d'avoir lancé la monnaie sur autant de surface était la pire chose qu'ils avaient choisie de faire. Ils conseillent aux monnaies qui sont en phase de lancement, de cibler d'abord une ou deux communes et de s'y tenir jusqu'à ce que la monnaie face parler d'elle aux alentours.

Si les prestataires entendent parler d'une certaine monnaie complémentaire en circulation, ils auront moins de mal à se l'approprier, car ils en auront entendu parler, que si nous leurs proposons d'utiliser une monnaie qui leur est en tout point étrangère.

C'est pourquoi la plupart des monnaies locales adoptent une charte très synthétique, afin de faire mettre en avant les idées fondamentales de la monnaie sans que cela demande des heures de lecture. En effet, nous ne pourrons pas tenir un discours devant chaque personnes afin de les sensibiliser, il faut avoir un support de communication clair et pertinent pour les prestataires comme pour les citoyens.

Il est bon de fédérer quelque prestataires et quelques adhérents avant de lancer la monnaie. Mais dés lors qu'on annonce la mise en circulation des espèces, une course contre la montre vient compliquer le jeu. Il faut ne pas lancer la monnaie trop tôt, sinon l'idée n'a pas le temps de se répandre, mais il ne faut pas non plus lancer la monnaie trop tard sinon les premiers acteurs et prest'acteurs du réseaux vont se lasser et ne plus y porter d’intérêt.

Deux monnaies ont du lancer leurs espèces en urgence, avant les dates prévues en interne, car ils ont voulu être trop gourmand en gonflant leur socle avant le départ, si bien que la monnaie n’apparaissant pas, le discrédit était en train d'envahir la représentation que l'opinion publique avait de la monnaie.

Une mesure qui a bien marché, notamment pour les « Krôcô « de Nîmes a été l'accompagnement régulier et rigoureux des prestataires par des bénévoles désignés qui avaient pour charge de faciliter l'utilisation de la monnaie pour les prestataires et de les guider dans leur démarche. Mais le suivit est impératif quoi qu'il arrive, car la réglementation de la Banque de France qui s'applique aux monnaies locales stipule que seuls les prestataires qui sont suivis ont le droit de reconvertir leur monnaie.

Un des freins qui a été remarqué depuis longtemps est la ré-adhésion des utilisateurs. Le « CEP » de Corde-Sur-Tarn, a dû courir derrière leurs utilisateurs pour leurs demander de ré-adhérer. Si bien que l'association a perdu beaucoup de temps et d’énergie en plus de donner une impression de « flicage » aux utilisateurs. Pour en finir avec cette erreur le CEP a donc décidé de supprimer les ré-adhésion en formulant qu'une adhésion à l'association était désormais ad vitam æternam. Certes, le montant des ré-adhésions n'est plus une source de revenu, mais grâce à cette nouvelle décision les adhérents ne sont plus bousculé par l'association.

Point agenda

  • Jeudi 8 novembre à 18h à la MPP : préparation du festival Festifastoche pour l'an prochain. Il faudrait que Poivre MLC se positionne afin de faire circuler les synergies.
  • 15 novembre : finalisation des documents de communication (flyers, guide d'utilisation par les pros, plaquette de présentation)
  • Du 16 novembre au 2 décembre 2018 : Festival des solidarités. Intervention de Marie-Jo qui nous suggère de demander un stand pour présenter la bulle.
  • Mi-janvier 2019 : Mise en circulation
  • 21 mars 2019 : Lancement officiel de la monnaie

Restitution des cercles

Cercle Gestion du quotidien

Pas de réunion depuis la dernière ébullition. Georges et Françoise enregistre au coup par coup les nouvelles adhésions.

En fin d'EG, point sur le wiki par Sylvain :

  • À ce jour, il y a eu 5 séances de formation avec 6 personnes au total. Vous pouvez vous inscrire sur le framadate en ligne régulièrement mis à jour avec les nouvelles date : https://framadate.org/formation-mediawiki-bulle
  • Il faut que de plus en plus de monde suive cette formation sur le wiki. C'est un outil pratique car on ne peut pas toujours se rendre disponible pour venir aux EG mais on peut s'informer en ligne de tout ce qui se passe. Il faut une émulation sinon on n'avancera pas.

Cercle fabrication de la monnaie

Ce cercle n'a pas pu avancer en raison de nombreuses personnes malades et ne s'est pas réuni.

Une question sur le niveau de sécurisation des billets : Est-ce qu'on ré-évalue cette sécurisation pour faire une demande à un imprimeur local ou est-ce qu'on lance une impression auprès de l'imprimeur de Paris qui propose une sécurisation élevée ? Nous ne voulons pas une monnaie falsifiable.

Dès demain matin, on lance cette impression avec le même niveau de sécurisation pour avoir la monnaie d'ici 5 semaines. et commencer nos échanges. Faire une monnaie locale à Paris est un paradoxe (mais en même temps pas de solution locale pour le moment).

Par la suite rien ne nous empêche de faire une démarche auprès d'un imprimeur local. Mais cette démarche va être compliqué à gérer.

Point déjà validé lors des précédentes EG. Pour avancer décision de réactualiser le devis de Paris, transmettre les visuels et lancer l'impression.
Nous faisons appel à des personnes intéressées pour intégrer ce groupe qui manque cruellement de bénévoles.

Quantité de la commande de billets d'après le devis (valeur globale : 64000€ )

  • Billet de 1 bulle : 2000
  • Billet de 2 bulles : 2000
  • Billet de 5 bulles : 2000
  • Billet de 10 bulles : 500
  • Billet de 16 bulles : 500
  • Billet de 20 bulles: 500
  • Billet de 50 bulles : 500

Total : 8000 billets d’une valeur de 64000€

La monnaie devrait arriver avant Noël (faire réactualiser le devis par l'imprimeur et faire préciser le format du billet).

À la prochaine ébullition, on se crée un événement pour utiliser cette monnaie, en décembre. Peut-être se caler sur un partenaire déjà existant (Coccinelle et coquelicot par exemple) afin de drainer des personnes sensibles pour parler de la Bulle pour éveiller la curiosité. Julien avait proposé avec son groupe de faire une animation musicale autour de l’événement.

Cercle Démarchage et sensibilisation

On a finalisé les outils pour la mission de prospection :

  • Convention d'adhésion
  • Plaquette générale de la bulle
  • Guide d'utilisation de la Bulle par les pros.

Ils ont été transmis au cercle communication, qui va s'occuper de la mise en forme. Ils seront ensuite présenté à la prochaine EG pour validation. La première version de ces documents devrait être prête pour le 15 novembre.

Un autre document doit être préparé par ce cercle, puis mis en forme par le cercle communication : le bulletin d'adhésion et la carte d'adhésion des particuliers. Mais la durée d'adhésion étant encore en débat, ce document est en suspens.

Question de Mickaël : Quel nombre de professionnels retenir avant le lancement officiel ? On pourrait leur demander par exemple d'avoir une éthique mais on leur fait une demande de défi. Par exemple un engagement (à partir de maintenant je trie mes déchets...). On ajourne cette année chez nous par rapport au défi, l'essentiel étant de faire circuler la bulle.

Pour définir le nombre de professionnels à atteindre, on peut considérer qu'il y a une limite basse pour la mise en circulation de la bulle (entre 10 et 20 professionnels) et une limite haute pour le lancement de la bulle, les sympathisants, on identifie d'autres réseaux (plus de 20). On touche en priorité ceux qui ont déjà pris contact avec nous. Le travail de collectivité devait se faire avec la mairie de La Couronne mais à ce jour nous n'avons pas de suivi. Contact à venir avec la ville d'Angoulême. Il est impératif de demander à GrandAngoulême d'accepter la Bulle à la patinoire et à Nautilis. La mission de Claire n'inclut pas la prospection des collectivités aujourd'hui > qui s'en occupe ? Mettre cette question au débat à la prochaine EG.

Cercle gestion financière

Que fait-on de la monnaie dès que nous la recevons ? Il est hors de question qu'elle reste chez un particulier. Qui la garde alors ? Peut-être ceux qui sont chargés de l'alimentation des comptoirs d'échanges ?.... Ceux qui suivent les adhésions ?

La monnaie doit être gardée dans une asso, si possible dans un coffre-fort. De toute façon les billets n'ont aucune valeur tant qu'ils ne sont pas mis en circulation. On peut aussi envisager de louer un box sécurisé.

Conseil de Marie-Jo : "Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier" ainsi en cas de vol tout n'est pas pris... Peut-être aussi envisager de poinçonner les billets au fur et à mesure qu'on les apporte dans les comptoirs d'échange...

L'association a aussi un compte à la Banque Postale où nous déposons nos euros. Marie-Jo pense qu'on peut aussi voir avec la NEF pour déposer cette monnaie sous forme de compte professionnel rémunéré à 0.10% mais avec des frais (6.70€/mois). Soit ouvrir un livret NEF ce qui est mieux. Il est aussi rémunéré à 0.10% mais il n'y a pas de frais. Mettre cette question au débat à la prochaine EG.

Remarque : Françoise doit s'occuper d'aller à la MAIF pour se renseigner par rapport à l'assurance de cette monnaie : on va recevoir les billets d'ici 5 semaines, qu'est-ce que vous allez nous demander ? Y aura-t-il un surcoût de notre assurance ?

Prendre contact avec notre assurance.

Cercle Identité visuelle et outils de Communication

La version finale du visuel des billets est disponible >>>

Les documents suivants sont entrain d'être travaillé par Agathe (les doc en gras sont prioritaires et une version opérationnelle est prévue pour le 15 novembre)

  • bulletin d'adhésion des particuliers,
  • la convention d'adhésion des pro,
  • la plaquette de présentation de la bulle (il a été décidé de faire une plaquette générale et non une pro et une particulier)
  • le guide d'utilisation pour les pros

Questions diverses

Nous revenons sur l'élection sans candidat : à chacun de s'inscrire sur la feuille d'émargement selon ses envies et ses disponibilités. Mettre cette question au débat à la prochaine EG.

Il est important que chaque cercle mette l'ordre du jour en ligne dans la rubrique "Ébullition Générale" directement, afin de co-élaborer l'ordre du jour. Cela fera gagner du temps à tout le monde, y compris celle ou celui qui sera chargé de faire le compte-rendu en remplissant les paragraphes au fur et à mesure pour essayer d'avoir un compte-rendu en temps réel.

Prochaine ébullition

Les organisateurs de la suivante Ébullition Générale qui aura lieu le lundi 3 décembre à 18h30 sont :

  • Véronique
  • Sylvain
  • + un membre de la précédente EG (Mathieu ou Mickaël ?)